AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» PROVERBE INDIEN
Ven 20 Juin - 13:38 par Gilbert01

» FABLE LES DEX AMIS
Ven 20 Juin - 12:50 par Gilbert01

» poulet au curry
Ven 20 Juin - 9:42 par Gilbert01

» jean de la bruyere
Ven 20 Juin - 9:25 par Gilbert01

» gare de lyon
Ven 20 Juin - 8:45 par Gilbert01

» brandade de morue
Ven 20 Juin - 8:33 par Gilbert01

» le vocabulaire du jour
Ven 20 Juin - 8:18 par Gilbert01

» L EPHEMERIDE DU JOUR
Ven 20 Juin - 8:02 par Gilbert01

» vivre comme des fouines
Jeu 19 Juin - 16:36 par Gilbert01

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      

Sujets similaires

Partagez | 
 

 nicolas boileau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilbert01
Membre
Membre
avatar

Date de naissance : 20/02/1957
Age : 60
Localisation : NORMANDIE
Humeur BONNE

MessageSujet: nicolas boileau   Jeu 19 Juin - 9:09

Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux
Nicolas Boileau
Homme de lettres français né à Paris le 1er novembre 1636, mort à Paris le 13 mars 1711, Nicolas Boileau est le fils d’un greffier de la Grand-Chambre du Parlement de Paris.

Boileau est l’avant-dernier d’une famille bourgeoise de seize enfants, son père ayant eu les dix premiers enfants lors d’un précédent mariage. A peine âgé de vingt mois, il perd sa mère et est élévé par son père.

On le destine à l’Église, à onze ans il reçoit des lettres de tonsure, et est pendant huit ans prieur de Saint-Paterne. Rebuté par la théologie, il abandonne cette voix et poursuit ses études à la faculté de droit, d’où il sort avocat en 1656.

L’année suivante, son père meurt, lui léguant un patrimoine qui lui permet d’abandonner la carrière juridique pour se consacrer aux lettres et plus particulièrement à la poésie. Il se lie rapidement avec Furetière [1], Racine, La Fontaine, Molière, fréquente les libertins spirituels, Ninon de Lenclos et la Champmeslé [2].

Depuis 1653 en effet, il avait écrit des vers, et grâce à son frère, Gilles Boileau, il fut introduit dans des cercles mondains et distingués, où il put faire ses premières armes en littérature.

Il s’illustre d’abord dans le genre satirique : ses premières Satires (livres de I à VII), composées de 1657 à 1665, sont publiées en 1666. Il y attaque souvent des auteurs, qu’il considère comme ses concurrents. On retiendra notamment cette parodie du Cid le « Chapelain décoiffé » qu’il compose avec son frère, Jean Racine et Antoine Furetière. Cette Satire vise le poète Jean Chapelain [3] dont le grand crime est d’avoir été nommé par Colbert responsable du choix des pensionnés par le roi.

Son frère Gilles écrivain satirique aussi, a été élu académicien dès 1659. Comme lui, Despréaux est hostile aux poètes qui flattent les ministres et les gens en place. Les deux frères se brouillent, au moins provisoirement, quand Gilles accepte une pension de Chapelain.

Les livres de VIII à IX seront publiés en 1668 et, si sa verve lui apporte beaucoup de succès, elle lui apporte aussi beaucoup d’inimitiés.

Boileau admire Molière, il est à ses côtés dans la querelle de L’École des femmes. Ses rapports avec La Fontaine sont des plus éloignés.

L’influence du Grand Arnauld [4], entraîne Boileau dans une direction nouvelle. Il renonce pour vingt-cinq ans à la satire et se tourne vers les Épîtres morales. Il se détache de ses amis pyrrhoniens et de ses admirateurs de cabaret. Mme de Montespan étend sa protection sur lui et sur Racine devenu son ami. Boileau est présenté à Louis XIV en 1674 qui lui verse une pension de deux mille livres.

Racine et Boileau se retrouvent face à de puissants ennemis lors de la querelle de « Phèdre » en 1677. Pour les protéger Mme de Montespan les fait nommer historiographes du roi.

En 1694, Boileau revient à la satire, toujours misogyne, c’est aux femmes qu’il s’en prend. Il profite surtout des prétextes que lui offre son sujet pour se moquer des Modernes [5] et des Casuistes [6].

C’est contre la casuistique qu’il mène son dernier combat. Il écrit sa dernière épître et ses deux dernières satires. Elles valent par la chaleur de la conviction et par le courage dont elles témoignent. Seules purent paraître, l’épître XII et la satire XI.

Pendant sept ans, Boileau s’épuise en démarches pour obtenir le droit de publier la satire XII, la plus importante, celle où il s’en prend à l’Équivoque. Le 3 janvier 1711, Louis XIV lui-même, sur le conseil de son confesseur le Père Le Tellier, interdit qu’elle soit imprimée.

Boileau meurt le 13 mars 1711 à Paris, au terme d’une vie consacrée à la défense créative de la tradition littéraire classique française.

Ses oeuvres


  • Satires

    • Sur les les inconvénients du séjour dans les grandes villes

    • Sur l’accord de la rime et de la raison

    • Le repas ridicule

    • Sur la déraison humaine

    • Sur la noblesse

    • Sur les embarras de paris

    • Sur le génie de l’auteur pour la satire

    • Sur l’homme

    • A son esprit

    • Sur les femmes

    • Surl’honneur

    • Sur l’équivoque








  • Épitres

    • Au roi

    • A l’abbé des Roches

    • Arnauld

    • Au roi

    • A Guilleragues

    • A l’Amoignon

    • A Racine

    • Au roi

    • A Seignelay

    • A ses vers

    • A son jardinier

    • A l’abbé Renaudot sur l’amour de Dieu








  • Ouvres poétiques diverses

    • Ode sur un bruit qui courut en 1636 que Cromwell et les anglais allaient faire la guerre a la France

    • Stanges a Molière

    • Discours au roi

    • L’art poétique

    • Le lutrin

    • Ode sur la prise de Namur

    • Poésies diverses (odes, fables, chansons, épigrammes)








  • Oeuvres en prose

    • Préfaces des éditions de 1666 et 1667, 1674 et 1775, 1683 et 1685, 1694, 1671

    • Dissertation sur Joconde (attribution contestée)

    • Discours sur le dialogue des héros de roman

    • Les héros de roman

    • Discours sur la satire

    • Arrêt burlesque

    • Discours sur les moderne qui font des vers latins

    • Traduction du traité du sublime de Longin

    • Remerciement à l’Académie

    • Discours sur l’ode

    • Réflexions critiques sur Longin

    • Lettre a Perrault

    • Remerciement a M. d’Ericeyra

    • Discours pour servir d’apologie a la satire








  • Correspondance

    • Lettres a Racine,Brossette, etc.






Revenir en haut Aller en bas
http://gccc.forumactif.org/
 
nicolas boileau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Courrier à l'attention de Nicolas Sarkozy
» Oh! Grand Saint Nicolas patron des cavaliers...
» [ Vase ] Ramoscello par Nicolas Garrappa
» [Chaise] Parallel Chair par Gwenael Nicolas
» Nicolas (Nico)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Animaux. Nos Amours. :: VOS IDEES SONT LES BIEN VENUES :: Papotages entre amis...-
Sauter vers: